Salle de presse

Dans le cadre de l’édition du mois d’août du Baromètre des inégalités, un sondage Léger exclusif commandé par l’Observatoire québécois des inégalités et conduit le 14 août dernier a posé la question suivante à un échantillon représentatif de la population québécoise : « À quelle fréquence vous êtes-vous senti déprimé, désespéré, agité, comme si tout était un effort, anxieux et/ou bon à rien, pendant les mois suivants ? » Le nombre de personnes ayant répondu « tout le temps » ou « la plupart du temps » a plus que doublé entre février et avril 2020, avant de redescendre en mai et en juin et de rebondir en juillet. Alors que les femmes avaient été moins touchées par la détresse psychologique que les hommes en juin, elles le sont à nouveau plus en juillet, rebondissant à 14 %, par rapport à 11 % en juin. Quant aux jeunes de 18-34 ans, ils seraient davantage affectés que les autres adultes. Après une diminution de mai à juin, leur détresse a rebondi à 2,3 fois son niveau de février en juillet. De plus, le nombre de personnes ayant sollicité des services en santé mentale et dépendance auprès du 211 a à nouveau augmenté en juillet, tout en restant inférieur à février.

Faits saillants :

  • Le Baromètre des inégalités est un outil de suivi de l’évolution des inégalités au Québec depuis le début de la crise de la COVID-19. L’édition du mois d’août présente 15 indicateurs publiés mensuellement.

  • Globalement, les inégalités ont continué à croître jusqu’en mai, avant de s’améliorer en juin et en juillet.

  • La détresse des aînés est toujours plus élevée qu’en février, après avoir connu une diminution en mai. Si l’on compare au même mois l’an passé, l’organisme Tel-écoute a reçu 30% d’appels en plus en juillet 2020.

  • En juillet, le taux de chômage (9,2 %) représentait toujours le double de celui de février (4,5%).

  • Le taux d’emploi des femmes (54,7 %) se remet plus lentement que celui des hommes (61,7 %) depuis le mois d’avril.

  • En juillet, les emplois où les hommes sont les plus sur-représentés avaient pour la plupart retrouvé un niveau supérieur à celui de février, alors que la plupart de ceux sur-représentés par les femmes n’avaient pas retrouvé le niveau de février.

  • En juillet, le taux de chômage de la population active a diminué plus rapidement que celui des personnes ayant récemment immigré au Canada dans les cinq dernières années.

  • Le nombre de demandes en aide alimentaire au 211 était toujours 70% supérieur en juillet par rapport à février

  • Méthodologie : pour tous les indicateurs, des données mensuelles ont été collectées de février à juillet 2020. Afin de mettre en évidence une évolution dans le temps, un système d’indice base 100 a été utilisé, février 2020 représentant la base 100. Les données obtenues ont ensuite été converties sur une échelle de 0 à 10, zéro étant le niveau d’inégalité le plus bas atteint entre février et juin 2020 et dix étant le niveau le plus élevé.

  • Pour consulter le rapport : https://bit.ly/barometreinegalites

  • L’étude a été réalisée en partenariat avec Oxfam Québec

Image result for oxfam québec

 

 

À propos de l’Observatoire québécois des inégalités

Basé à l’Université de Montréal, l’Observatoire québécois des inégalités est un courtier de connaissances qui éclaire avec des connaissances scientifiques vulgarisées les réflexions et les prises de décision concernant les inégalités de revenu, d’opportunité et de qualité de vie.

 

-30-

Retour à la liste des nouvelles

Informations

Pour toute demande d’entrevue ou d’information, les médias peuvent communiquer avec :

Geneviève Joseph

Responsable des communications
g.joseph@observatoiredesinegalites.com
514 805-7893