Pandémie de la COVID-19 : Perceptions des inégalités de revenus et de santé au Québec

Rapport COVID-19

Les inégalités et leurs effets sont perçus différemment par les divers groupes qui composent la société. Toutefois, plusieurs études en provenance de l’Europe et de l’Amérique du Nord semblent s’accorder sur un point : les inégalités sont un enjeu important pour une majorité de la population.

Compte tenu de la situation extraordinaire dans laquelle le Québec fut plongé avec la pandémie de la COVID-19, les questions spécifiques à la pandémie sont regroupées dans un rapport distinct afin de permettre de les isoler des questions plus générales.

Ce projet a été réalisé avec l’appui financier du Ministère de la Santé et des Services sociaux

Pandémie de la COVID-19 et les inégalités au Québec

71 % des québécoises et québécois croit que la pandémie a eu pour effet d’augmenter les inégalités de revenus au Québec, alors que 9 % croit plutôt qu’elles ont diminué. Également, près de 6 Québécois sur 10 pensent qu’il existe des inégalités sociales de santé liées à la pandémie et 72 % n’entrevoit pas d’amélioration à venir dans les cinq prochaines années.

  • Inégalités de revenus au Québec :

    • 71 % croit qu’elles ont augmenté, 9 % croit qu’elles ont diminué et 8 % croit que la pandémie n’a eu aucun effet (12 % ne sait pas)

    • 56 % croit qu’elles ont augmenté entre les moins nantis et le reste de la population

    • 59 % croit qu’elles ont augmenté entre les plus nantis et le reste de la population

    • 52 % croit qu’elles n’ont pas changé entre les hommes et les femmes, alors que les femmes ont été plus nombreuses à perdre leur emploi et plus susceptibles de réduire leurs heures de travail afin de prendre soin des enfants pendant la première vague

    • 40 % de la population croit que les inégalités de revenus augmenteront dans les cinq prochaines années, alors que 15 % croit plutôt qu’elles diminueront

  • Les inégalités de revenus étudiées sont celles survenant entre différents groupes sociaux, notamment entre les femmes et les hommes, entre les personnes racisées* et les personnes non racisées, entre les générations, et entre les moins nantis, la classe moyenne et les mieux nantis.

 

  • Inégalités sociales de santé au Québec :

    • 58 % de la population québécoise pense qu’il y a un lien entre la pandémie de la COVID-19 et les inégalités sociales de santé

    • À l’opposé, 24 % de la population québécoise pense qu’il n’existe pas de lien. Les hommes et les personnes âgées de 35 à 54 ans sont d’ailleurs plus enclins à fournir cette réponse (30 %)

    • 37 % de la population croit que les inégalités sociales de santé augmenteront dans les cinq prochaines années, alors que 35 % croit qu’elles resteront stables

  • Les inégalités sociales de santé correspondent à des inégalités de santé évitables (p.ex. écart d’espérance de vie, mortalité prématurée, lésions professionnelles, diabète, santé mentale, etc.) selon la position sociale, par exemple selon le revenu, la scolarité, l’appartenance ethnique, le genre, la structure familiale, l’emploi ou la défavorisation sociale ou matérielle.

* Par personne racisées, nous entendons des personnes auxquelles des caractéristiques raciales (par exemple, la couleur de la peau) sont attribuées de façon qui influent négativement sur leur vie sociale, politique et économique. »

Retour à la liste des publications