Déclaration des fondatrices et fondateurs

Miser sur l’égalité, le remède miracle

Nicolas Zorn, directeur général de l’Observatoire québécois des inégalités

Cette lettre a initialement été publiée dans La Presse +

À quoi ressemblerait un Québec idéal pour sa population, sa classe politique, son milieu des affaires et sa société civile? Parions qu’il comprendrait une population avec un niveau élevé de bien-être et d’espérance de vie, une croissance économique robuste et soutenable qui bénéficie à tout le monde, des entreprises innovantes et concurrentielles, des crises économiques et financières rarissimes, une classe moyenne forte et moins endettée, des enfants ayant un avenir marqué par de nombreuses opportunités, un taux de réussite éducative plus élevé, des taux de criminalité et de corruption particulièrement faibles, ainsi qu’une société ayant une forte cohésion sociale et une démocratie en santé. Rien de moins.

Étonnamment, pour atteindre ces objectifs, il existe une recette qui fait désormais consensus tant pour les experts que pour les institutions internationales: réduire les inégalités de revenu lorsqu’elles sont trop élevées, c’est-à-dire lorsqu’elles génèrent des coûts importants pour l’économie et pour la société.

Le Québec fait déjà mieux que ses voisins sur plusieurs de ces tableaux justement parce qu’il est caractérisé par des écarts économiques plus faibles entre les moins nantis et les mieux nantis, et possède une classe moyenne plus grande. Les inégalités, c’est un choix de société. La nôtre s’est dotée d’institutions, d’un filet social plus généreux et d’une fiscalité conséquente. Une réussite collective qui nous démarque de notre contexte nord-américain.

Cela dit, ces écarts de revenus ont malgré tout eu tendance à s’accroître depuis les années 1980. Moins qu’ailleurs, heureusement. Néanmoins, la taille de la classe moyenne a eu tendance à se réduire. Le 1% le plus riche a vu ses revenus doubler alors que ceux du 99% restant a essentiellement fait du surplace. Quant aux personnes, aux parents et à leurs enfants ne parvenant même pas à couvrir leurs besoins de base, ils pourraient remplir plus de 60 fois le Centre Bell. La famille dans laquelle on naît, le genre, la couleur de peau, l’âge et bien d’autres facteurs sur lesquels un individu n’a pas de prise déterminent trop souvent si l’on en sort gagnant ou perdant.

 

L’Observatoire des inégalités, un nouvel acteur

Alors, qu’attendons-nous? Essentiellement, que le coût élevé des inégalités que nous payons déjà soit mieux connu; que les débats publics misent davantage sur les faits, et accordent moins d’importance aux intérêts et aux idéologies; que la volonté politique et sociale soit suffisante.

Pour répondre à ces enjeux, une diversité d’organisations publiques et privées, des chercheures et des personnalités se rallient pour fonder un nouvel acteur du débat public: l’Observatoire québécois des inégalités. Basée à l’Université de Montréal, cette organisation indépendante vise la réduction des inégalités de revenu, d’opportunité et de qualité de vie lorsqu’elles sont trop élevées, en mobilisant et en vulgarisant des connaissances scientifiques.

Pour que les actions des décideurs politiques, économiques et sociaux reposent sur les meilleures connaissances et pratiques, le Québec gagnerait à développer le « réflexe scandinave ». Lorsqu’un enjeu collectif se profile, ces sociétés l’abordent d’abord en posant comme questions: que disent les faits? Que dit la science? Pour y répondre, les Scandinaves s’appuient sur un écosystème d’organisations et de centres de recherche apolitiques.

Il est temps que le Québec développe un tel réflexe. La naissance de l’Observatoire y contribuera. Une société épanouie, innovante, résiliente et au bénéfice de tous est à notre portée. À nous de saisir l’occasion.

Appuis de la population

  • Anonyme, Val-d’Or

  • Anonyme, Québec

  • Anonyme, Beloeil

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Québec

  • Anonyme, St-Jean-sur-Richelieu

  • Anonyme, Mont-Joli

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Saint-Lambert

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Labrecque

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Amos

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, St-Jérôme

  • Anonyme, Sherbrooke

  • Anonyme, Saint-Augustin-de-Desmaures

  • Anonyme, St-Jérôme

  • Anonyme, Varennes

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Québec

  • Anonyme, Montréal

  • Anonyme, Saint-Boniface

  • Anonyme, Montréal

  • Judith Archambault, Montréal

  • Gilles Arseneau, Québec

  • Joan Banet, Victoriaville

  • Geneviève Bégin, Montréal

  • Louise Bouchard, Ottawa

  • Tommy Boucher, Longueuil

  • Julien Boudreau, Québec

  • Gaston Bourdages, St-Mathieu-de-Rioux

  • Élise Boyer, Montréal

  • Nancy Breton, Montcalm

  • Sylvie Brunanchon, Montréal

  • Maryse Campeau, St-Jérôme

  • Valérie Cantin, Québec

  • Matthew Chapman, Montréal

  • Pierre Chartrand, Brossard

  • Morgan Chelihi, Montréal

  • Marc Chénier, Laval

  • Luc Chicoine, Montréal

  • Jean-Victor Côté, Saint-Jérôme

  • Maryline Côté, Québec

  • Ian Denis, Montréal

  • Nicolas Déry, Gatineau

  • Stéphan Desaulniers, Saint-Hubert

  • Guylaine Desbiens, Laval

  • Maxime Deveau, Delson

  • Mario Dion, Gatineau

  • Marie-Ève Doré, St-Louis-de-Blandford

  • Louise Dorval, St-Joseph-du-Lac

  • Stéphane Doyon, Québec

  • Stéphanie Dubois, Montréal

  • Alioune S. Fall, Longueuil

  • Danielle Filion, Montréal

  • Claude Forgues, Sherbrooke

  • Marc-André Gagnon, Gatineau

  • Isabelle Gamache, Mexico (Mexique)

  • Josée Gaulin, Montréal

  • Isabelle Gauvreau, Longueuil

  • Marie-Claude Gélineau, Boucherville

  • Olivier Girardeau, Longueuil

  • Richard Guay, Val-Morin

  • Maureen Hayes, Montréal

  • Sivane Hirsch, Québec

  • Nora Hocianat, Montréal

  • Eduardo Hutter, Montréal

  • Maxime Jobin, Montréal

  • Caroline Jost, Montréal

  • Préscilla Labelle, Trois-Rivières

  • Mathieu Labelle, Montréal

  • Guillaume Lallier, Montréal

  • Patrick Laplante, Montréal

  • Lucie Larose, Montréal

  • Aude Lecointe, Montréal

  • Claude Lessard, Montréal

  • Richard Lessard, Montréal

  • Jeanne Le Vey, Laval

  • Normand Leclerc, Saint-Augustin-de-Desmaures

  • Ariane Leduc, Québec

  • Marie-Josée Lemay, Montréal

  • Clément Lemelin, Montréal

  • Mathieu Léonard, Montréal

  • Louis-Philippe Lizotte, Montréal

  • Nadine Maltais, Québec

  • Denis Marceau, Québec

  • Guylaine Marion, Montréal

  • Collin Mayrand, Montréal

  • Audrey McKinnon, Montréal

  • Jupiter Nakhla, Sherbrooke

  • Julien Nepveu-Villeneuve, Montréal

  • Normand Ouellet, Montréal

  • Cynthia Ouibrahim, Montréal

  • Stéphane Paradis, Québec

  • Raquel Penalosa, Montréal

  • Nathalie Picard, Montréal

  • Rosalie Plouffe, Montréal

  • Luc Potvin, Caplan

  • Diane Poulin-Dubois, Mont-Royal

  • Samuel Proulx Lemire, Québec

  • Jean-François Rancourt, Montréal

  • Marie-Eve Rheault, Waterville

  • Mercédez Roberge, Montréal

  • Etienne Robitaille, Québec

  • Thierry Roy, Sherbrooke

  • Johanne Schnupp, Montréal

  • Nesrine Sedoud, Montréal

  • Maïka Sondarjee, Montréal

  • Gina St-Onge, Waterloo

  • Marie-Eve Sylvestre, Ottawa

  • Sylvain Thibeault, La Prairie

  • Malorie Toussaint-Lachance, Longueuil

  • Hélène Tremblay, Montréal

  • Sarah Tremblay-Bourgeois, Laval

  • Isabelle Vachon, Rouyn-Noranda

  • Richard Vachon, Montréal

  • Mathieu Vallet, Québec

  • Dominic Vézina, Montréal

  • Georgia Vrakas, Québec