Les inégalités dans l'actualité

Que faire des bons étudiants au secondaire?

Xavier Boileau
Le Devoir

Ce n’est un secret pour personne au Québec, l’école privée et son pendant public, les programmes particuliers, ont le vent dans les voiles au Québec. 

 

L’explosion de ces derniers est d’ailleurs le résultat direct de la compétition que le public doit mener contre le privé pour parvenir à attirer les meilleurs éléments du système scolaire (élèves comme professeurs). Plusieurs solutions ont été proposées pour résoudre le problème, mais on porte rarement notre regard sur ce secret de Polichinelle : le libre choix.

Pour l’essentiel, notre système d’éducation est de plus en plus pensé sur le même mode que celui des circuits sportifs. L’objectif est de mettre en place un système de compétition qui permettra de produire les meilleurs talents. Ainsi, pour l’étudiant, l’objectif est de performer suffisamment pour qu’il soit intégré dans des espaces de plus en plus stimulants (comprendre compétitifs) où, s’il est « bon », il pourra finalement atteindre son plein potentiel et devenir le prochain Einstein, Arendt ou Proust. Un tel système a pour conséquence d’encourager la concentration des meilleurs éléments du système dans quelques classes. Les parents, quant à eux, feront tout pour aider leurs enfants à pénétrer ce milieu exclusif.

Jusqu’ici, on ne peut rien reprocher aux parents. Refuser de jouer le jeu, c’est exposer ses enfants à se retrouver dans une classe normale, et donc, avec les moins bons éléments du système. Pire encore, son CV scolaire sera terni, les résultats de l’enfant étant évalués à la baisse, puisqu’il aura adopté un parcours normal (comprendre facile). Cette course à l’armement éducatif en vient à créer un effet boule de neige où le capital culturel, social et matériel se retrouve de plus en plus concentré dans quelques établissements ou dans quelques classes. Les inégalités continuent à se creuser, et on se contente, pour les résoudre, de tergiverser sur le degré de charité que les établissements les plus performants devraient être prêts à offrir aux plus défavorisés.

Voir l'article complet

 

Retour à la liste des nouvelles