Les inégalités dans l'actualité

Les inégalités de l’information locale au Québec

Catherine Lalonde
Le Devoir

Cartographier la répartition des médias au Québec, mais aussi son évolution au cours des dernières années. 

Voilà un des objectifs que s’étaient fixés Colette Brin, Anne-Marie Brunelle et leur équipe du Centre d’études sur les médias, dès le début de leur étude sur L’information locale et régionale au Québec. Portrait du territoire 2011-2018 et perspectives citoyennes, que Le Devoir a pu consulter en primeur. Le but ? Documenter l’évolution du nombre et du type de médias dans les différentes régions du Québec pendant une période qui fut critique pour l’industrie. Et visualiser « l’infrastructure journalistique », pour mieux identifier les zones qui sont des « déserts de nouvelles » et celles qui, au contraire, ont accès à des médias variés et en bonne santé.

Le dévoilement de cette étude pouvait difficilement mieux tomber, en pleine commission parlementaire sur l’avenir des médias, où l’importance des médias et du journalisme régionaux est un thème récurrent. D’autant qu’hier, par une lettre ouverte, la ministre de la Culture, Nathalie Roy, a réitéré l’importance d’une presse locale et régionale professionnelle pour toutes les régions du Québec. En plus de faire le portrait de l’offre en information locale, la recherche de Brin et Brunelle propose un volet basé sur des témoignages, qui observe comment des citoyens de Brossard, Rimouski et Sherbrooke — des régions vraiment différentes en matière d’accès à l’information — s’informent.

Voir l'article complet

 

Retour à la liste des nouvelles