Les inégalités dans l'actualité

Femmes autochtones: un rapport plus sombre que jamais

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées s'inscrit dans la suite logique des autres commissions récentes sur les relations entre le Canada et les Premières Nations, mais sa conclusion est plus sombre que jamais.

C'est l'avis de Jula Hughes, professeure de l'Université du Nouveau-Brunswick qui s'intéresse à ces démarches périodiquement entreprises par Ottawa.

En 1996, la commission royale (surnommée « Erasmus-Dussault ») instituée dans la foulée de la crise d'Oka rendait un rapport qui mettait en lumière les effets délétères des pensionnats autochtones. En 2015, la Commission de vérité et réconciliation concluait ses travaux en dénonçant le « génocide culturel » des Autochtones.

La première commission avait recommandé la tenue de la deuxième, et la deuxième a recommandé la tenue de la troisième, soit l'Enquête nationale. Elles sont un peu « la fille et la petite-fille » de la première, selon la professeure. Chacune note que les recommandations de la précédente n'ont pas été complétées.

Voir l'article complet

 

Retour à la liste des nouvelles